L’apiculture selon Samuel Beckett, Martin Page, Éditions de L’Olivier

17062013

 

Pour classer ses archives, Samuel Beckett fait appel à un assistant qui le secondera durant un bon semestre.


C’est le journal de Martin Page que nous lisons et qui nous plonge dans l’intimité de Beckett, ses facéties, ses drôleries, ses réflexions, son amour des abeilles dont il s’occupe amoureusement sur son toit ( il possède quelques ruches).


Nous sommes tout simplement émerveillés par les propos de cet homme et forcément un peu jaloux du sort de Martin Page et comme il le dit lui même : « Lire ce journal me replonge dans une époque magique« .

De même pour nous.
A lire et relire sans modération.




L’autobus, Eugenia Almeida, Métaillié

17062013

 

 

L’autobus ne s’arrête plus, bien que des passagers tentent de le prendre. Le train non plus d’ailleurs la barrière est fermée.

Dans ce village perdu dans la pampa argentine; un commissaire qui reçoit ses ordres par téléphone, un notaire qui se venge de son épouse et un couple d’amoureux illicites qui décident de partir à pied faute de transport.

L’ambiance est lourde et sous l’ère de Péron, il vaut mieux ne pas trop poser de questions.

Un roman très visuel dans lequel les mots d’Eugenia Almeida nous font saisir toute l’atmosphère de cette Argentine au bord du gouffre.

Passionnant !







Lalitteraturefrancaise |
Jm168540 |
Gaël Martens |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ermelindabilcari
| Download5
| Peterpan01