L’ascendant, Alexandre Postel, NRF Gallimard

11052015

Jeune auteur d’une trentaine d’années, Alexandre Postel avait obtenu le Goncourt du Premier roman en 2013. Il revient dasn l’actualité littéraire avec un autre livre, très court, avec le même ton qui m’avait déjà agréablement surpris dans Un homme effacé (paru en Folio il y a quelques semaines).

Un jeune homme doit aller s’occuper des démarches à la suite du décès de son père avec qui il n’entretenait plus vraiment de relations depuis des années. Sauf qu’en se rendant dans la maison que son « ascendant » occupait jusqu’à sa mort, et qu’il a lui-même habité bien des années auparavant, il va faire une découverte, dont il ne sait ni quoi faire, ni quoi penser. Une découverte en tout cas qui d’hésitations en faux-pas, l’entraine dans une situation extrêmement… problématique.

Difficile de vous en raconter plus sur cette découverte sans gâcher une partie de l’intérêt du livre.

Le style très sec de l’écriture, l’apparente banalité de la situation, la platitude des sentiments du héros dont on ignore presque tout, jusqu’à son nom, sinon qu’il est vendeur de téléphones portables, tous ces éléments nous placent dans une situation dérangeante, nous mettent un peu mal à l’aise devant l’impuissance du héros à se démener dans ce traquenard.

En tout cas nous donnent envie de finir ce livre.

 







Lalitteraturefrancaise |
Jm168540 |
Gaël Martens |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ermelindabilcari
| Download5
| Peterpan01