Confiteor, de Jaume Cabré, Actes Sud (traduit du Catalan par Edmond Raillard)

5 09 2013
Un homme raconte sa vie et à travers le sienne celles de son entourage proche : une mère invisible ou presque, un père cassant et dès les premières lignes, il se demande si « naître dans cette famille n’a pas été une erreur impardonnable ? ».
Enfant prodige, son père veut faire de lui un polyglotte (comme lui faire apprendre l’araméen, c’est vous dire ….) et sa mère, un violoniste virtuose. Entre tous les personnages qui vont faire de ce roman un opéra magnifique, voici donc celui qui va poser la trame de cette histoire. Ce Storioni, un violon de 1764, nous allons le suivre, bien avant sa naissance et  jusqu’au moment où il va se retrouver dans les mains de son père. Grâce à lui, nous allons revivre l’histoire mais l’histoire du mal, du mal absolu depuis l’inquisition jusqu’au camp de Birkenau en passant aussi par la dictature espagnole de Franco.
Jamais hautain bien que continuellement enrichi par une érudition permanente, le livre de Jaume Cabré, merveilleusement traduit, nous envoûte par la précision et la richesse des détails, la complexité de ses personnages devant le doute ou l’amour et nous donne envie, non seulement de le dévorer (775 pages tout de même) mais de replonger dans nos manuels d’histoire et de philosophie pour réapprendre ce que nous avons oublié.
Magistral !!!!!!!!!!!!!!

Actions

Informations



Laisser un commentaire




Lalitteraturefrancaise |
Jm168540 |
Gaël Martens |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ermelindabilcari
| Download5
| Peterpan01