Ce qui reste en forêt, Colin Niel, Rouergue noir

3 09 2013
Dans la continuité de mes lectures exotiques, après quelques pépites brésiliennes, le voyage se poursuit vers d’autres trésors aurifèresavec  ‘Ce qui reste en forêt’ de Colin Niel (Rouergue noir).
Les pépites ici ne sont plus des figures humaines mais bien faites de métal et ce métal précieux provoque des dégâts écologiques et des morts violentes. C’est donc dans la  forêt amazonienne de Guyane que nous partons, dans son univers à la faune et la flore encore vierges, au sein d’une base scientifique où l’on vient des quatre coins du monde étudier au plus près des animaux aussi rares qu’invisibles.
Un albatros aux sourcils noirs qui s’échoue sur une plage, un capitaine de gendarmerie qui s’interroge sur ses origines, le CNRS confronté à des remous ;  la Guyane nous offre un panorama inhabituel et étonnant de ses ressources et de ses heurts.
La moiteur équatoriale nous éloigne un moment des récits nordiques. Salutaire !!!!!

Actions

Informations



Laisser un commentaire




Lalitteraturefrancaise |
Jm168540 |
Gaël Martens |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ermelindabilcari
| Download5
| Peterpan01